Cerca

City blog. Rome based.

Le conte de l’île Tibérine

Pour être la plus petite île habitée du monde, dans l’Île Tibérine il y a plusieurs couches d’histoires.

Légendes, faits historiques et art. De la fondation de Rome à nos jours

L’Île Tibérine est un lieu unique, profondément lié aux événements de la ville de Rome.

This post is also available in English.

Questo articolo è disponibile anche in italiano.

This post is also available in English.

Questo articolo è disponibile anche in italiano.

La légende principale raconte que la formation de l’Île Tibérine remonte à l’époque du septième et dernier roi de Rome Lucius Tarquinius Superbus, au sixième siècle avant JC.

 LES SEPT ROIS DE ROME:
 
  1. Romulus (753 à 715 av. J.-C.)
  2. Numa Pompilius (715 à 673 av. J.-C.)
  3. Tullus Hostilius (673 à 641 av. J.-C.)
  4. Ancus Marcius (641 à 616 av. J.-C.)
  5. Tarquin l’Ancien (616 à 575 av. J.-C.)
  6. Servius Tullius (575 à 535 av. J.-C.)
  7. Tarquin le Superb (535 à 509 av. J.-C.)

À partir de ce moment, le caractère unique d’une île au milieu du fleuve qui travers une grande ville n’a jamais cessé d’intriguer les Romains et d’influencer le développement de la ville.

L’Île Tibérine est un pont sur le Tibre

L’Île Tibérine d’un côté se rélie au quartier Trastevere par le pont Ponte Cestio (lat. Pons Cestius), de l’autre à l’ancien Ghetto juif par le pont Ponte Fabricio (lat. Pons Fabricius). Pour cette raison, dans l’Antiquité, on l’appelait insula inter duos pontes («l’île entre les deux ponts»).

Pons Fabricius – Ponte Fabricio

Le pont Fabricius relie l’Île Tibérine à la rive gauche du Tibre et à la zone de l’ancien Campus Martius.

C’est le plus ancien pont romain encore utilisé à Rome: il a été construit en 62 avant JC, et la structure d’origine est encore presque entièrement préservée.

Pons Cestius – Ponte Cestio

Le pont Cestius reliait l’Île Tibérine au quartier de Trastevere, et sa construction remonte à 44-43 av.

Dans le passé, il était également connu sous le nom de pons Gratiani car il a été entièrement reconstruit en 370 après JC par l’empereur Gratien.

293 avant JC: la peste frappe Rome

Le premier grand événement qui a fait de l’Île Tibérine celle que nous connaissons, a eu lieu en 293 avant JC.

À cette époque, Rome était frappée par une épidemie de peste. Ne trouvant aucun remède et consultant les livres sibyllins, le Sénat de Rome décida de faire appel au dieu de la médecine Esculape. Une délégation de Romains a été envoyée à Épidaure (en Grèce), là où était le plus grand sanctuaire dédié à cette divinité, pour amener le dieu Esculape à Rome.

Esculape, dieu de la médecine, arrive à Rome

À Épidaure, un serpent – symbole d’Esculape – est monté à bord du navire. Cela a été interprété comme un signal divin que le dieu de la médecine était prêt à partir pour Rome.

Lorsque le navire est arrivé à Rome, le serpent est glissé hors du navire pour s’insinuer parmi les rochers de l’Île Tibérine. Les Romains ont alors interprété cet événement comme le signal que le dieu Esculape avait choisi l’Île au centre du Tibre comme le lieu pour construire son sanctuaire à Rome.

Le temple d’Esculape a donc été construit sur la pointe sud de l’Île Tibérine, où se trouve aujourd’hui l’église de Saint-Barthélemy (San Bartolomeo all’Isola). Devant le temple, une place entourée d’arcades était le lieu d’hébergement des malades en attente de guérison.

La présence du sanctuaire du dieu de la médecine a fortement influencé le développement et la fonction de l’Île Tibérine.

Sa position au centre du Tibre, et donc isolée du reste de la ville, en plus de la présence sur l’île d’une source d’eau considérée comme saine, a fait de l’Île Tibérine le lieu parfait pour l’usage hospitalier.

L’Île Tibérine transformée en bateau de pierre

Au 1er siècle avant JC, le temple d’Esculape a été restauré et l’île a également subi un restylage.

Les côtés ont été recouverts de travertin et sculptés pour représenter un navire, en souvenir de celui qui a amené le serpent d’Esculape d’Épidaure à Rome.

Le bateau de pierre aujourd’hui

Dans l’île comme nous le voyons aujourd’hui, il ne reste pas grand-chose du bateau de pierre. Mais, comme d’habitude, il faut faire attention à certains petits détails pour rendre le passé vivant.

On peut descendre au niveau des bèrges du Tibre et se promener tout autour de l’Île Tibérine. D’un côté, il est facile de reconnaître les restes du travertin qui recouvrait l’île dans le passé.

Dans certains fragments de travertin, nous pouvons encore identifier la décoration ancienne: le côté d’un bateau, le dieu Esculape et le serpent.

Du temple d’Esculape à l’église San Bartolomeo all’Isola

Comme cela arrive souvent à Rome, au lieu du temple d’Esculape a été construite une église.

La destruction du temple a commencé au 4ème siècle après JC.

Au 10ème siècle, l’empereur du Saint-Empire Otton III décida de construire une église dédiée à Saint Adalbert de Prague, plus tard dédiée à Saint-Barthélemy, sur le site de l’ancien temple d’Esculape.

Au fil des siècles, l’église de San Bartolomeo all’Isola sur l’île du Tibre a été impliquée dans des rénovations et des reconstructions, dont la plus importante dans les années 1600 lui a donné son aspect actuel.

Les colonnes qui divisent les nefs à l’intérieur de l’église sont celles du temple d’Esculape.

Le clocher roman qui date au 12ème siècle, c’est un clocher typique des églises médiévales de Rome.

L’île du Tibre aujourd’hui: l’Hôpital Fatebenefratelli et l’Hôpital Israélite

L’Île Tibérine n’a jamais cessé d’avoir une fonction hospitalière.

Près de l’église Saint-Barthélemy c’est le siège de l’Hôpital Israélite, qui a été installé juste à cet endroit à cause de sa proximité avec le quartier juif du Ghetto.

L’Hôpital Fatebenefratelli / San Giovanni Calibita se trouve du côté opposé à celui de l’église San Bartolomeo all’Isola. Dans ce lieu à partir du XIe siècle, les religieuses bénédictines géraient un refuge pour pauvres et infirmes de Rome. Cet «hôpital» a ensuite été confié par le pape Grégoire XIII à la confrérie des moines hospitaliers de San Giovanni di Dio dans les années 1500.

Cependant, l’île du Tibre est également un microcosme en plein centre du Tibre.

En traversant l’un des deux ponts qui le relient au reste de la ville, vous atteignez un endroit qui vaut vraiment le détour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.