Cerca

City blog. Rome based.

Photo-post #1 – Trionfo di Galatea, Raphaël

Raffaello Sanzio,Trionfo di Galatea, 1512. Villa Chigi (Farnesina), Roma

This post is also available in English.

Questo articolo è disponibile anche in italiano.

Raphaël est l’un des peintres les plus connus de la Renaissance Italienne, et autheur des fresques des salles des Papes en Vatican. Mais il est aussi l’auteur de la decoration de la Villa Chigi, maison du banquier siennois Agostino Chigi, l’un des plus riches de son temps.

Plus tard, cette résidence en via della Lungara à Rome, fut acquis par la famille Farnese et changeait son nom en Villa Farnesina.

La galérie ouverte sur les jardins de la ville aurait dû être décorée par des fresques avec scènes mithologiques, ma ce projet-ci ne fut jamais terminé.

Dans la scène du Triomphe de Galatée, Raphaël s’inspire aux oeuvres letteraires grecs et latins. Bien que cet épisode ne soit jamais conté dans ces livres, Raphaël témoin ici son grandeur comme idéateur d’images inspirées au monde classique.

dsc_0095-01.jpeg

At nos, quod fieri solum per fata licebat,

fecimus, ut vires adsumeret Acis avitas.

Puniceus de mole cruor manabat, et intra

Temporis exiguum rubor evanescere coepit

fitque color primo fluminis imbre

purgaturque mora; tum moles iacta dehiscit,

vivaque per rimas proceraque surgit harundo,

osque cavum saxi sonat exsultantibus undis,

miraque res, subito media tenus exstitit alvo

incinctus iuvenis flexis nova cornua cannis,

qui, nisi quod maior, quod toto caerulus ore,

Acis erat, sed sic quoque erat tament Acis, in amnem

versus, et antiquum tenuerunt flumina nomen

 Ovide, Métamorphoses, livre XIII 📖

(TR: Alors nous, la seule chose que nous permettaient les destins / che in nous avons fait en sorte qu’Acis retrouve ses forces ancestrales. / Un sang pourpre s’écoulait de la masse de pierre : / et en un temps très court, le rouge commence à s’atténuer, / il prend d’abord la couleur d’une rivière troublée par un orage / et peu à peu devient limpide. Puis le bloc, brisé, s’entrouvre, / de hautes tiges de roseaux verdoyants poussent par les fentes, / et l’ouverture creusée dans la pierre résonne de flots jaillissants. / Et miracle ! Soudain se dressa jusqu’à la taille un jeune homme / qui portait des cornes naissantes entourées de joncs souples. / Si ce n’est qu’il était plus grand et avait un visage bleu sombre, / c’était Acis ; mais pourtant, même ainsi, c’était Acis, / métamorphosé en cours d’eau, fleuve qui a conservé son ancien nom.)

Vous avez aimé cet articles? Cliquez « J’aime » sur Facebook, Instagram, Twitter et Pinterest pour ne plus rater les nouveaux posts de Rome Sweet Rome Guide!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *